Lymphoedème et infections

Glossaire Lymphoedème, nouvellement diagnostiqué, Ma vie avec le lymphome et le Lymphoedème, Fibros, Bandage enveloppant, Lymphoedème pédiatrique, lymphoscintigraphie, Drainage manuel de lymphoedème, La Filariose Lymphatique, Traitement, Prévention de Cellulites, Erysipèle, Lymphangite, Lymphedema French (France)

Moderators: Cassie, patoco, Birdwatcher, Senior Moderators

Lymphoedème et infections

Postby patoco » Sun Jun 11, 2006 2:05 pm

Lymphoedème et infections

Lymphedema People

http://www.lymphedemapeople.com

================

Lymphoedème et infections

Les infections peuvent être une complication sérieuse de lymphedema.
Cette section inclut l'information sur les types d'infections que pouvez compliquez le lymphedema.

...........

La cellulite

On entend par cellulite un type d’infection cutanée pouvant se répandre à d’autres parties du corps. Habituellement, elle débute lorsqu’une partie de la peau est éraflée, notamment suite à une coupure ou à une égratignure, mais peut commencer sur une surface de la peau non touchée. Les diabétiques ou les personnes atteintes d’une maladie ne leur permettant pas de combattre une infection efficacement sont plus susceptibles de faire une cellulite. En effet, certains médicaments réduisent la capacité de votre corps à combattre les infections.

La cellulite est causée par un grand nombre de bactéries (germes), les plus courantes étant le streptocoque du groupe A et le staphylocoque doré.

Soins à domicile:

*Vous devez prendre un antibiotique (médicament combattant la bactérie). Suivez rigoureusement la posologie sur la bouteille ou les consignes du médecin. Assurez-vous de prendre tous les comprimés.

*Le médecin voudra vous voir une journée ou deux après que vous aurez commencé à prendre les antibiotiques pour vérifier s’il y a amélioration.

*Dans la mesure du possible, gardez la partie du corps affectée au-dessus du cœur, au moyen d’oreillers.

*Mettez des compresses tièdes sur la partie infectée ou trempez la partie infectée dans de l’eau tiède plusieurs fois par jour.

Si l’infection est très grave ou si elle ne s’améliore pas après que vous avez pris les médicaments pendant quelques jours, rendez-vous à l’hôpital pour obtenir vos antibiotiques par intraveineuse (une aiguille placée dans la main ou le bras).

Rendez-vous au service des urgences:

*s’il y a plus de rougeur autour de la partie infectée;

*s’il y a plus de lignes rouges provenant de la partie infectée;

*si la douleur augmente dans la région de votre cellulite;

*si, malgré vos antibiotiques, l’infection ne guérit pas ou s’aggrave.

http://www.ahsc.health.nb.ca/Patients/H ... isfr.shtml

-------

Quels sont les différents types de cellulites?

La cellulite non compliquée apparaît habituellement sur la peau sous la forme d'une éruption rouge, chaude et douloureuse dont la taille augmente à mesure que l'infection se propage. Il arrive que l'éruption se forme autour d'une coupure. Le malaise provient de l'éruption elle-même.

L'érysipèle est similaire à la cellulite non compliquée sauf qu'elle est beaucoup plus grave et que les bords de la zone infectée sont soulevés. L'infection se propage souvent par l'intermédiaire du système lymphatique et peut être chronique ou récidivante.

L'érysipèle est plus courante dans les climats chauds et survient rarement chez des personnes de moins de 20 ans.

La cellulite préseptale survient lorsque les bactéries présentes dans les sinus ou les dents atteignent les paupières, causant une éruption. L'oil lui-même n'est pas touché.

La cellulite orbitaire affecte également l'oil. Si les bactéries pénètrent derrière le septum orbitaire (la barrière antibactérienne qui recouvre l'oil), elles peuvent infecter la tête. Dans ce cas, la situation peut considérablement s'aggraver.

La fasciite nécrosante (cellulite fulminante), aussi communément appelée la «maladie mangeuse de chair» est extrêmement rare.

L'infection progresse très rapidement et détruit les tissus infectés. Très souvent, plus d'un type de bactéries sont impliquées dans le processus infectieux.

http://www.pharmaprix.ca/french/health_ ... litis.html

-------

Quelles sont les causes de la cellulite?

La cellulite débute habituellement par une écorchure ou une lacération de la peau. De nombreuses espèces de bactéries habitent à la surface de la peau et peuvent s'introduire sous la peau par une brèche faite dans la barrière protectrice de l'épiderme. Les bactéries peuvent infecter des brûlures et des ecchymoses ainsi que des coupures et des éraflures. Parmi les autres causes de la cellulite, mentionnons:

la chirurgie dentaire;

l'infection de l'urètre;

les abcès du rectum;

la chirurgie;

les morsures d'humains ou d'animaux;

les piqûres d'insectes.

La plupart des cas de cellulite sont causés par des bactéries appelées streptocoques du groupe A, mais bien d'autres bactéries peuvent aussi pénétrer sous la peau. Staphylococcus aureus cause souvent une cellulite légère autour d'un blessure ouverte. Les morsures de chats et de chiens peuvent également causer la cellulite.

La cellulite peut parfois survenir en l'absence de lésion cutanée. Cela se produit habituellement chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli. Par exemple, les personnes diabétiques, alcooliques, celles qui prennent des stéroïdes ainsi que celles dont le système immunitaire est affaibli risquent davantage de souffrir de la cellulite qui, en outre, aura tendance à être plus virulente.

http://www.pharmaprix.ca/french/health_ ... litis.html

-------

Quels sont les symptômes de la cellulite?

La zone infectée présente habituellement des signes d'inflammation, c'est-à-dire rougeur et chaleur. Les infections bénignes peuvent se limiter à une petite surface et guérir spontanément. Les infections plus graves peuvent s'étendre au reste du corps et, si elles ne sont pas traitées, elles pourraient s'attaquer aux muscles et aux viscères. Heureusement, les types de cellulites les plus dangereux surviennent rarement.

Le siège le plus courant de la cellulite est la jambe, sous le genou. Les bras, les mains, les pieds et l'aine sont d'autres foyers d'infection possibles. Les infections du visage surviennent plus souvent chez les enfants et les personnes âgées. Chez les enfants, il y a un risque de 8 % que la cellulite faciale dégénère en méningite (inflammation des membranes qui entourent le cerveau et la moelle épinière).

La cellulite non compliquée se manifeste d'abord par une petite zone de peau rougie, luisante, douloureuse et chaude. Si l'infection se propage au système lymphatique ou à la circulation sanguine, des lignes rouges apparaîtront sous la peau, en amont de la lésion principale. Cela peut provoquer d'autres symptômes tels fièvre, transpiration et nausée. Un trait rouge qui semble se diriger vers le cour en ligne droite signale un danger de septicémie. La septicémie est une infection rare mais grave qui sévit à l'intérieur du corps (en raison de la présence de bactéries et de toxines dans le sang) et qui exige une attention médicale immédiate.

L'érysipèle peut apparaître sur la figure, bien que les jambes soient le foyer le plus commun d'infection. En cas d'érysipèle, la peau infectée devient chaude, dure, luisante et rouge, et le pourtour de la lésion est nettement circonscrit et souvent surélevé. Les symptômes de l'érysipèle sont la fièvre, les frissons et un sentiment de malaise généralisé. Ces symptômes précèdent habituellement l'éruption d'un jour ou deux.

Les symptômes de la cellulite préseptale se limitent habituellement à une éruption sur les paupières.

La cellulite orbitaire provoque de la fièvre et des troubles de vision. Non traitée, elle peut endommager l'oil. La propagation de l'infection peut entraîner une méningite, une septicémie ou même la mort.

La cellulite nécrosante débute par l'apparition d'une plaque enflée, rouge et extrêmement douloureuse sur la peau, qui passe rapidement au pourpre puis au noir à mesure que meurent les tissus et la chair infectés. L'infection commence habituellement au bas des jambes ou juste au-dessus de l'anus. Dans ce dernier cas, la lésion initiale est souvent causée par une chirurgie ou par des abcès du rectum.

http://www.pharmaprix.ca/french/health_ ... litis.html

-------

Comment savoir si on souffre de cellulite?

Les symptômes de la cellulite étant très distinctifs, la plupart des médecins peuvent la diagnostiquer immédiatement. Des analyses de sang, des biopsies cutanées ou des prélèvements de pus dans la région infectée peuvent être effectués pour identifier la bactérie responsable de l'infection. Si vous éprouvez l'un des symptômes décrits dans la section précédente , consultez votre médecin sans tarder.

http://www.pharmaprix.ca/french/health_ ... litis.html

-------

Comment traite-t-on la cellulite?

La cellulite est traitée au moyen d'antibiotiques. Ils sont administrés par la bouche (voie orale) dans le cas des infections non compliquées, ou par injection (voie parentérale) en milieu hospitalier, dans le cas des infections graves. Les infections bénignes devraient commencer à s'estomper au bout de quelques jours. Il est très important de suivre le traitement comme l'a prescrit le médecin jusqu'à la fin, et ce, même si les symptômes ont disparu.

Lorsqu'il prescrit un antibiotique, le médecin recommande habituellement au patient de se reposer jusqu'à ce que l'éruption commence à se dissiper et que la fièvre baisse. De plus, votre médecin vous suggérera peut-être de surélever la région infectée au-dessus du niveau du cour de façon à réduire l'enflure. L'application de compresses humides et fraîches sur la région infectée peut aider à soulager la douleur et le malaise. Discutez de ces mesures avec votre médecin avant de les mettre en application.

La fasciite nécrosante est souvent traitée au moyen d'une intervention chirurgicale d'urgence car les antibiotiques seuls ne suffisent pas à juguler l'infection qui se propage trop rapidement. L'opération consiste à retirer les tissus morts mais une amputation s'avère parfois nécessaire.

http://www.pharmaprix.ca/french/health_ ... eated.html

-------

Comment peut-on prévenir la cellulite?

*Garder la peau propre.

*Ne pas marcher dehors pieds nus.

*Porter un équipement de protection lorsqu'on pratique des sports à l'extérieur. La saleté qui s'incruste dans les coupures et les écorchures constitue l'une des causes communes de la cellulite.

*Porter des manches longues et des pantalons pour se promener en forêt. Cela aide à prévenir les écorchures et autres blessures.

*Éviter de se baigner lorsqu'on a une plaie.

*Nettoyer les blessures et les coupures soigneusement avec de l'eau et du savon puis y appliquer une pommade antibiotique au besoin.

*Consulter un médecin en cas de coupures étendues ou infectées, ou de morsure d'animal.

-------

Pour plus d'informations:

-------

Images diagnostiques

http://images.google.fr/images?svnum=10 ... is&spell=1

http://ca.search.yahoo.com/search/image ... -tab-web-t

.............

Erysipèle

L'érysipèle est définie comme une dermoépidermite aiguë ou subaiguë.

Il s'agit d'une dermite œdémateuse avec participation lymphatique due au streptocoque b hémolytique du groupe A. Il est caractérisé par un placard érythémateux douloureux, infiltré, chaud avec bordure périphérique saillante à extension centrifuge, accompagné d'une adénopathie régionale sensible. La douleur et la fièvre avec frisson peuvent précéder les lésions cutanées.

Ils survient volontiers chez des sujets fragiles, diabétiques, éthyliques ou porteurs d'une hypersensibilité au streptocoque avec foyers streptococciques récidivants. Il peut également être favorisé par une immunodépression ou être iatrogène (AINS). On distingue deux formes topographiques.

Erysipèle du visage:

Le début est brutal, des signes généraux bruyants précèdent les signes cutanés : fièvre à 40°C, frissons, céphalées et atteinte de l'état général.

Localement, on remarque un placard érythémateux, douloureux, chaud d'extension centrifuge cerné par un bourrelet palpable. Ce placard se couvre de vésicules pouvant confluer en phlyctène. L'œdème est important.

Il s'agit en règle d'un placard unilatéral, il respecte en général le menton et le pourtour buccal, mais il peut se bilatéraliser. A la palpation, on retrouve des adénopathies régionales, sous maxillaires et prétragiennes.

Le diagnostic positif est en général clinique.

Le diagnostic différentiel se pose avec :

*Eczéma aigu: caractérisé par une rougeur diffuse, des petites vésicules disséminées parfois confluentes. Pas de fièvre, pas d'altération de l'état général. Le signe fondamental au cours de l'eczéma est le prurit, l'interrogatoire recherchera la notion de contact avec un produit allergisant.

*Zona ophtalmique : le zona touche le trajet du nerf ophtalmique qui est une branche de la Vème paire crânienne. Il touche l'hémi-front, pourtour de l'œil, région temporale et la région palpébrale inférieure. Il s'agit d'un placard érythémateux avec des vésicules ombiliquées au centre s'accompagnant de sensation de cuisson, de piqûres et surtout douleurs atroces, pas de fièvre, pas d'altération générale.

*Staphylococcie maligne de la face : tableau dramatique d'érythème violacé de la face sans bourrelet périphérique avec un réseau veineux apparent.

. Altération de l'état général, troubles de la conscience allant au coma
. Fièvre à 40°C et délire.
. La porte d'entrée est généralement un furoncle de l'aile du nez.

*L'infection charboneuse : le charbon est une maladie qui s'attrape auprès des moutons malades ou des cadavres de moutons. Les lésions commencent par une petite lésion vésiculeuse qui se multiplie et autour desquelles se constitue un œdème massif au point d'inoculation et qui donne une inflammation suraiguë qui en quelques heures diffuse à tout le visage, les membres et à tout le corps, avec altération de l'état général, fièvre, hypotension.

Le diagnostic positif se fait par la lésion elle-même, la vésicule se transforme en une lésion noirâtre (c'est la pustule maligne charbonneuse).

*Urticaire aiguë : œdème de Quincke, blanc non fébrile;

*Plus rarement, on discutera l'érythème en aile de papillon du lupus systémique, un coup de soleil, une réaction érythémateuse autour d'une otite ou d'une sinusite

Erysipèle des membres inférieurs:

Actuellement, il est plus fréquent, il apparaît souvent sur des troubles trophiques : œdème ou eczéma de stase, insuffisance veineuse ou artérielle.

Il est souvent secondaire à un intertrigo infectieux ou à une effraction cutanée.

L'aspect est celui d'une grosse jambe rouge douloureuse, fébrile avec adénopathie inguinale.

Le diagnostic différentiel au niveau des membres : phlegmon et cellulite, lymphangite, le rouget du porc, phlébite des membres inférieurs (perte du ballottement du mollet, signe de Homans positif).

Complications:

*Locorégionales: suppuration, fasciite nécrosante, adénites suppurées, thromboses veineuses profondes des membres inférieurs.

*Générales: septicémie avec localisations viscérales, en particulier pulmonaires et endocardiques, glomérulonéphrite aiguë post streptococcique, décompensation d'un état pathologique associé diabète, cirrhose, … et les récidives : surtout au niveau des membres inférieurs avec apparition d'un éléphantiasis.

*Fasciites nécrosantes:

S'observent surtout aux membres inférieurs après effraction cutanée minime.

Chez les sujets prédisposés (diabétiques, éthyliques... ) elles semblent favorisées par l'usage d'anti-inflammatoire non stéroïdien. Elles commencent brutalement par une cellulite aiguë fébrile avec profonde altération de l'état général suivie 3 à 4 jours plus tard de l'apparition d'une zone violacée et purpurique, recouverte de bulles à évolution escarrotique.

C'est une streptococcie cutanée qui atteint tous les tissus cutanés sous-cutanés jusqu'à l'aponévrose musculaire avec thromboses vasculaires.

La nature streptococcique peut être affirmé par la culture du liquide des bulles ou les hémocult

Le diagnostic différentiel se pose avec

*Gangrène gazeuse à Clostridium perfringens caractérisée par le crépitement et l'odeur particulière.

*Gangrènes à gram négatif : E. coli, Proteus, Klebsielles, Entérobacters, Serratia) et Anaerobies (Bactéroïdes) observées chez les sujets débilités après traumatisme ou chirurgie.

Le traitement est urgent : équilibration hydroélectrolytique, antibiotiques antistreptococciques, débridement chirurgical des tissus nécrosés.

Traitement des dermohypodermites bactériennes

Dans l'érysipèle non compliqué, la pénicilline G reste le traitement de référence (bon rapport coût/efficacité 16 millions en IV pendant 1O jours à 15 jours ou la Bipénicilline : 2 millions par jour en IM dans les formes modérées), mais un traitement ambulatoire par antibiothérapie per os est également possible (macrolide ou synergistine).

Compte tenu de la fréquence des cellulites dues à des germes autres que Streptococcus pyogenes, on conseille, au moindre doute, une antibiothérapie active contre Staphylococcus aureus (pénicilline M, aminosides, vancomycine) et éventuellement les germes anaérobies (métronidazole).

Chez le petit enfant, une antibiothérapie active contre Haemophilus influenzae est également recommandée (céphalosporine de 3ème génération).

En dehors, de la staphylococcie maligne de la face et des patients ayant un antécédent de phlébite, le bénéfice de I'héparinothérapie est très controversé dans les dermohypodermites bactériennes. Au moindre doute, il est préférable de réaliser un écho-doppler couleur en urgence qui permettra d'affirmer ou d'infirmer la thrombose veineuse profonde et d'adapter le traitement en conséquence. Des héparines de faible poids moléculaires (fraxiparine) utilisées à doses prophylactiques peuvent être indiquées en présence de facteurs favorisants les thromboses veineuses.

L'exérèse chirurgicale en milieu spécialisé des tissus nécrosés est le complément indispensable de l'antibiothérapie dans les gangrènes streptococciques et les fasciites microbiennes. Cet acte parfois très délabrant constitue une urgence chirurgicale qu'il ne faut pas manquer. Le pronostic vital et la fonction du membre atteint sont souvent en jeu.

Traitement prophylactique

L'Extencilline (benzathine penicilline) pendant 3 à 6 mois pour éviter les récidives. Traitement de la porte d'entrée.

http://www.atlas-dermato.org/cours/bacterio.htm

-------

Images diagnostiques

http://images.google.com/images?svnum=1 ... tnG=Search

.............

Lymphangite

Anglais: lymphangitis.
Dernière modification: 07/01/2005
Terme issu du Grec numphê: eau et angéion : vaisseau.
Synonyme(s): Angioleucite*.

Voir également: Adénopathie angio-immonublastique*, Lymphangite carcinomateuse, Lymphangite radiculaire de Le Dentu*, Lymphangite réticulaire*, Lymphangite tronculaire*, Lymphatique (système) et lymphe, Lymphe*, Lymphoïde (tissu ou système).

Introduction

De façon générale une lymphangite se caractérise par l'inflammation des vaisseaux lymphatiques. Cette inflammation est consécutive à un processus mécanique tumoral ou infectieux (streptocoque bêta Hémolytique).

Classification

On distingue plusieurs variétés de lymphangites (liste non exhaustive) :

*La lymphangite radiculaire de Le Dentu correspondant à l'inflammation des racines des vaisseaux lymphatiques au niveau de la peau, du tissu conjonctif ou des viscères.

*La lymphangite réticulaire qui se caractérise par l'inflammation des réseaux lymphatiques d'une partie spécifique de la peau.

*La lymphangite tronculaire est l'inflammation des gros vaisseaux lymphatiques proprement dits.

*La lymphangite carcinomateuse correspond à une variété de cancer secondaire de l'appareil pulmonaire se caractérisant par la présence de cellules malignes (tumorales) à l'intérieur même des vaisseaux lymphatiques du tissu interstitiel pulmonaire c'est-à-dire du tissu de soutien des poumons. Il s' agit d'un engorgement des vaisseaux lymphatiques pulmonaires dû à la présence de cellules malignes (cancéreuses).

Labo

Les prélèvements sanguins montrent une hyperleucocytose (élévation du nombre des leucocytes : les globules blancs) le plus souvent

Les hémocultures et l'antibiogramme correspondant au prélèvement et la culture de sang détermine la présence de certaines bactéries

Au niveau de la plaie, le prélèvement d'un liquide suintant est indiqué.

Evolution

Une thrombo-phlébite superficielle (présence de l'inflammation d'une veine consécutive à un caillot sanguin). Dans ce cas Il n'y a pas de point d'inoculation. De façon générale ce terme signifie : introduction dans l'organisme, après que celui-ci ait subi une lésion ou une brèche de ses éléments de protection (peau, système immunitaire). Le cordon veineux, visible, est enflammé et même quelquefois palpable. Il n'y a pas d'adénopathies (augmentation de volume des ganglions lymphatiques) douloureux.

L'érésipèle ou érésipèle correspondant à une dermite (inflammation de la peau) due à un streptocoque. L'érésipèle se manifeste entre autres par la présence d'une grande plaque de coloration rouge parfois foncée, très brillante et le plus souvent au visage. D'autre part cette plaque est quelquefois surélevée et recouverte de vésicules (gouttelettes), entourée d'un bourrelet.

Une infection par une bactérie anaérobie (ne nécessitant pas d'oxygène pour survivre), atteignant quelquefois les tissus sous-cutanés (immédiatement situés sous la peau). On observe alors une destruction de la peau en générale étendue et importante.

La maladie des griffes du chat dont l'évolution est lente et torpide. Ce terme signifie que l'affection semble être en sommeil et ne se manifeste par aucune tendance à l'amélioration ni à l'aggravation.

Traitement

Le traitement de la lymphangite cutanée fait appel à l'utilisation de pansements locaux le plus souvent à base d'alcool. Il est contre-indiqué préciser (ouvrir) une simple cellulite.
Certains patients nécessitent l'utilisation d'antibiotiques de façon à faire disparaître le plus rapidement possible la lymphangite évitant ainsi des complications (dissémination dans l'ensemble de l'organisme : la septicémie) :

*Pénicilline quelquefois par voie intraveineuse

*Érythromycine

*Céphalosporine (en cas d'allergie à la pénicilline)

En cas d'échec après 2 à 3 jours, l'utilisation d'un antibiotique plus efficace est nécessaire dès que les résultats de l'antibiogramme (voir ci-dessus) sont obtenus.

http://www.vulgaris-medical.com/front/? ... ticle=6157

-------

Images diagnostiques

http://images.google.com/images?q=lymph ... a=N&tab=wi

.............

L'Impétigo:

L'impétigo est une infection superficielle de la peau contagieuse, qui peut être due au streptocoque, au staphylocoque ou à l'association des deux.

Affection fréquente chez l'enfant d'âge scolaire, il débute par une ou quelques petites taches érythémateuses sur lesquelles surviennent des bulles fragiles à liquide clair ou légèrement trouble, entourées d'un liseré érythémateux, rapidement le contenu des bulles devient purulent, leur toit se rompt, laissant place à des croûtes jaunâtres mélicériques (couleur miel) et à des érosions arrondies groupées en élément annulaire.

Chez l'enfant : l'impétigo est fréquent et en règle primitif, il est peu ou pas prurigineux, il siège le plus souvent sur le visage, près du nez et de la bouche, plus rarement ailleurs. L'état général est conservé, il n'y a pas de fièvre. En l'absence de traitement, l'infection a tendance à s'étendre.

Chez l'adulte : l'impétigo primitif est rare, il s'agit en règle de l'impétiginisation d'une dermatose préexistante, habituellement prurigineuse (eczéma, gale… ).

Les complications de l'impétigo non traité sont l'ecthyma, lymphangite, glomérulonéphrite aiguë, septicémie (rare), généralisation par auto - inoculation.

Les formes cliniques:

*impétigo bulleux touche surtout le nourrisson, il est généralement staphylococcique

*impétigo miliaire : fait de vésicules confluentes en nappes

*impétigo sec et circiné : réalise des petites plaques à bordure polycyclique faite de vésicules confluentes.

Le traitement comporte obligatoirement une antibiothérapie générale par macrolides, synergistine, acide fucidique, pénicilline A ou G. Cette thérapeutique a une action très rapide Visant :

*la suppression de la contagiosité

*arrêt et cicatrisation des lésions en 2 à 5 jours

Le traitement local par les antiseptiques doit tendre à éviter la dissémination des germe.

Les pommade antibiotiques (fucidine crème ou pommade, La mupirocine (Bactroban)) vont ramollir les croûtes pour procéder à leur ablation.

http://www.atlas-dermato.org/cours/bacterio.htm

-------

Impétigo (infection contagieuse de la peau)

l'impétigo est une infection de la peau causée par l'activation de bactéries, soit le streptocoque B-hémolytique ou le staphylocoque doré ou l'association de ces deux germes, qui pénètrent la peau à l'occasion d'une coupure, d'une lésions d'herpès, de gale, de pédiculose ou d'eczéma.

Caractéristiques

l'impétigo est une affection commune, contagieuse et auto-inoculable, c’est-à-dire que la personne atteinte de cet état peut introduire elle-même le micro-organisme infectieux dans son organisme. On trouve le plus souvent l'impétigo chez les enfants de moins de 10 ans et il est le plus souvent localisé autour du nez, de la bouche et sur les mains, mais aussi autour des narines, des yeux et des régions génitales. Le grattage des lésions transporte le microbe d'un point à un autre. Une épidémie d'impétigo est fréquente en garderie, à l'école et parmi les membres d'une même famille.

Signes et symptômes

- l'impétigo commence par une plaque, une ulcération rouge. Elle forme de multiples vésicules minuscules remplies de pus. Un liquide s’en échappe et forme des croûtes jaunâtres de couleur miel. Une fièvre peut être présente et s’accentuer en l'absence de traitement.

Traitement

La guérison suit généralement la prise d'antibiotiques pendant une période d'au moins dix jours, des soins répétés plusieurs fois par jour aux lésions par l'application d'une solution antiseptique locale, et le ramollissement des croûtes par méthodes variées à discuter avec le médecin traitant.

Il est souvent recommandé de recouvrir les lésions d'une compresse sèche afin de minimiser les effets du grattage.

l'absence de traitement peut être responsable d'affections graves comme la septicémie et un syndrome toxique chez l'enfant1.

Prévention

Une éviction scolaire ou du travail s’impose pendant 8-10 jours lorsque la prise d'antibiotiques n’est pas possible. l'éviction scolaire est réduite à 48 heures après le début de la prise des antibiotiques.

Une hygiène rigoureuse est fortement recommandée en cas d'impétigo dans un milieu scolaire ou familial; elle inclut la coupe des ongles et le brossage de ceux-ci avec un savon antiseptique.

Pour plus d'information à ce sujet, consulter votre médecin ou l'infirmière d'Info-Santé de votre CLSC.

Louisanne Lamothe-Ouellette
Télénursing inc.

http://www.servicevie.com/02Sante/Infir ... 22002.html

-------

Images diagnostiques

http://images.google.com/images?q=impet ... 59-1&hl=en

........

Bactéries

Petit dictionnaire des infections bactériennes

Certaines maladies et leur cause

La découverte de nombreux organismes pathogènes remonte aux années 1800. Vous avez peut-être entendu parler de beaucoup de maladies infectieuses sévissant à cette époque, mais n'en avez jamais souffert vous-même, surtout si vous êtes né(e) au cours des 30 à 50 dernières années. Aujourd'hui, la fréquence et l'incidence de nombreuses maladies ont diminué de façon marquée en raison de l'amélioration du niveau de vie, de la salubrité et de l'accès aux soins de santé.

Un groupe de bactéries (genre) peut être constitué de milliers de souches différentes (espèces). Voici certains des organismes pathogènes les plus courants :

Streptococcus - À l'origine d'un large éventail de problèmes de santé s'accompagnant de symptômes très différents

Pneumonie bactérienne - Streptococcus pneumoniæ
Carie dentaire - Streptococcus mutans, sobvrinus, sanguis, mitis
Infection streptococcique de la gorge - Streptococcus pyogenes (ou streptocoque du groupe A)

Escherichia - Genre bactérien présent naturellement dans le tube digestif, où il neutralise la croissance de bactéries nocives et synthétise des vitamines. Seules quelques espèces peuvent provoquer des maladies.

Gastro-entérite - Escherichia coli (E. coli)

Clostridium - Les toxines produites par cette souche en font l'un des organismes pathogènes les plus dangereux qui soient.

Tétanos - Clostridium tetani
Botulisme - Clostridium botulinum

Il existe trois types de botulisme:

Botulisme alimentaire - Consommation d'aliments contenant la toxine du botulisme

Botulisme par blessure - Plaie infectée par Clostridium botulinum
Botulisme infantile - Absorption de spores de la bactérie botulique (se développe dans les intestins et libère des toxines)

Salmonella - Il existe au-delà de 2000 espèces de Salmonella, qui sont à l'origine de diverses maladies.

Fièvre typhoïde - Salmonella typhi
Empoisonnement alimentaire - Salmonella enteritidis, typhimurium

Staphylococcus - Présent naturellement sur la peau. Peut aussi causer des infections chez les patients dont le système immunitaire est affaibli.

Empoisonnement alimentaire - Staphylococcus aureus
Syndrome de choc toxique - Staphylococcus aureus

Mycobacterium - Responsable de nombreuses maladies débilitantes

Lèpre - Mycobacterium lepræ
Tuberculose - Mycobacterium tuberculosis

Bacille - Les espèces inoffensives vivent dans la muqueuse de l'estomac et des intestins. Certains bacilles pathogènes peuvent causer des maladies infectieuses.

Anthrax - Bacillus anthracis
Empoisonnement alimentaire - Bacillus cereus

Shigella - Famille de bactéries causant de la diarrhée chez les êtres humains (shigellose)

Dysenterie bactérienne - Shigella dysenteriæ

http://www.antibiotiques-info.org/bact05.asp
patoco
Site Admin
 
Posts: 2175
Joined: Thu Jun 08, 2006 9:07 pm

Return to Lymphoedème

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest